Le 5 octobre : exigeons des hausses de salaires [Edito]

Depuis quelques semaines, tout est bon pour faire valser les prix et justifier une hausse des étiquettes.

On nous explique à longueur de journée, à qui veut l’entendre, que les matières premières se sont raréfiées avec la reprise économique mondiale ! On nous explique aussi que la très forte demande des entreprises a fait exploser le prix du baril de pétrole et du gaz. A les écouter, il y aurait même une pénurie de main-d’œuvre dans de nombreux secteurs, comme le bâtiment et les travaux publics (BTP), la restauration, les services à la personne, la maroquinerie, l’habillement, etc… Cette crise « d’emplois non pourvus » frapperait les entreprises alors que six millions de chômeurs pointent toujours tous les mois à Pôle Emploi. De qui se moque-t-on ?

Ces explications farfelues n’ont qu’un seul objectif, nous faire avaler l’envolée du coût de la vie et de l’érosion du pouvoir d’achat des salariés. Tout flambe : taxes, factures, électricité, essence, gaz, matières premières, tout comme les produits de premières nécessité ; baguette de pain, paquet de pâtes (+30%), fruits et légumes…, à tel point que l’inflation atteignait déjà 1,62% au mois de juillet. A ce rythme soutenu, pas de surprise que la barre des 2% d’inflation soit atteinte avant le 1er octobre. Ce qui oblige le gouvernement à revaloriser mécaniquement et sans attendre la fin de l’année le smic horaire brut mensuel à l’identique de l’inflation, soit 34,51€.

Si le smic est réajusté mécaniquement pour compenser les hausses, il n’en est toujours rien pour un vrai coup de pouce. Le gouvernement s’enferme dans ses certitudes pour justifier que « toute hausse du smic serait un coup de canif au redressement de l’emploi ». Honteux, quand on connait les dividendes que les grandes entreprises se sont octroyées et quand on sait (à l’autre bout de l’échelle) que les travailleurs smicardisés ne savent plus vivre jusqu’à la fin du mois avec leur salaire.

Il est temps de se faire entendre et d’exiger de meilleurs salaires sur tous les échelons des grilles de classification dans nos entreprises.

Le 5 octobre sera une journée d’action de mobilisation et de grève interprofessionnelle dans tous les secteurs. Partout, imposons des hausses de salaires dans nos entreprises pour vivre dignement et à la hauteur du coût de la vie.

De l’argent, il y en a pour les actionnaires, il doit y en avoir pour les salariés. Pour les travailleurs, c’est toujours une autre affaire et jamais le bon moment.

Alors, ensemble le 5 octobre, imposons une autre voie !

Maurad Rabhi
Secrétaire général


► Source : Editorial du Journal du THCB septembre 2021


►► A consulter également :